Smallville RPG

Plongez dans l'univers de Smallville
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Footing sous la puie [Elena & Alec]

Aller en bas 
AuteurMessage
Elena Moceanu
Infecté(e)s
Infecté(e)s
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 27
Ou Habite tu? : Smallville
Profession : Gymnaste
Humeur : Cordiale
Date d'inscription : 14/04/2008

Feuille de personnage
Love & Friends:
Pouvoirs {seulement pour les Kryptonien(ne)s et Infecté(e)s}:
Age du Perso: 19 ans

MessageSujet: Footing sous la puie [Elena & Alec]   Ven 18 Avr - 19:36

Cette journée qui naissait encore timidement derrière les voiles de brumes neigeuses et opales qui noyaient encore les abords de la petite ville de Smallville était loin, très loin d’être comme les autres et Elena en avait intimement conscience. Les aurores pâles d’Avril s’élevaient lentement de leur tendre couche crépusculaire et teintaient de leurs innombrables nuances pastels l’immensité des cieux d’un bleu froid et pur, prémices d’un Printemps qui ne promettait plus que la fin du sommeil de glace de Dame Nature et le réveil future des âmes animales et végétales. Dehors, les maigres doigts des arbres dénudés depuis l’Automne grattaient au gré d’une fine brise les carreaux exposés de la chambre de la blonde aux yeux de jaspes.

Elena ne ressemblait pas à l’hiver, pas ce jour là. Énergique et vive, la belle s’était éveillée de bonne heure ce matin là et son cœur s’était emplit d’une humeur joviale et fraîche à mesure qu’achevait de prendre forme ce qu’elle avait personnellement modelé et qui réclamait enfin sa touche finale. Elena s’empressait à présent de se vêtir chaudement d’un pantalon d’encre, coupé droit et d’une généreuse longueur qu’elle avait assorti d'un épais pull tout aussi noir que son bas dont la poitrine avait été précieusement brodée du drapeau américain et le col finement roulé. La jeune Moceanu paracheva sa tenue d’une paire de gant marron foncé en cuir et d’une écharpe doublée, censée contrer les effets mordants du froid en extérieur. Puis, la jeune fille ramassa finalement avec soin ses affaires de gymnastique au pied de la petite commode personnelle dont était pourvue et vérifia que tout était parfaitement coordonné pour une petite séance maquillage. Satisfaite, elle s’étirant rapidement tel un lapin trop tôt sorti du réveil, puis dévala les quelques marches qui conduisaient dans la salle de séjour, son Ipod en main. La pièce circulaire s’avéra être plus chaude que la chambre et délicieusement plongée dans un silence palpable et serein seulement troublé par les crépitements réguliers d'un petit feu consumant avec parcimonie une ou deux bûches dans la longue cheminée de pierre. La belle jeta un regard hâtif à la vieille pendule ancestrale qui couronnait de sa présence l’un des épais murs porteurs de la large pièce décorée aux couleurs froides comme le temps, celle ci indiquait à peine les 9 heures... Elena s'assura une ultime fois de la présence d’une certaine petite clé argentée dans les entrailles de tissu de sa poche intérieure et s’engouffra par la suite dans les méandres sombres des ruelles qui s’illuminaient peu à peu quand Hélios traversait les pleines des cieux.

La jeune fille avait dû user de ruse et de discrétion comme autant de manœuvres de diversions pour dresser une liste des endroits potentiels où elle pourrait courir tranquillement car, en effet smallville était bien vaste et certains lieux appartenant pourtant au pourcentage de présence les plus élevés, étaient malheureusement inaccessible à la jeune fille, comme par exemple, le lycée.

Le vent, souffle léger et persistant s’égarait dans la longue chevelure de blé de la jeun fille tandis qu’elle s’avançait paisible et silencieuse sur l’herbe craquante dans laquelle dormaient encore quelques délicats cristaux de givres translucides qui ne survivraient pas au lever du soleil. Au loin, son regard d’un vert vif et agressif se perdait sur une chêne encore ocre. Les reflets sanguins de ses filins d’un grenat rougeoyant donnaient la douce illusion, métaphore étrange du caractère de cet arbre, d’une eau bordeaux, indomptée et sauvage qui paraissait emprunte d’une vie propre, défiant le gré des mouvements de la course d’Elena et par instants même, les plus élémentaires lois de la physique.


« Ouaaa l’air se réchauffe vite ici… »

Tout en souriant elle retira son écharpe, ses gants et contempla le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Teenworld.free.fr
Alec Carlson
Humain(e)s
Humain(e)s
avatar

Masculin Nombre de messages : 12
Age : 28
Ou Habite tu? : Métropolis
Profession : Etudiant en arts appliquées / Réalisateur de courts-métrages publicitaires.
Humeur : Mitigée
Date d'inscription : 15/04/2008

Feuille de personnage
Love & Friends:
Pouvoirs {seulement pour les Kryptonien(ne)s et Infecté(e)s}:
Age du Perso: 22 ans

MessageSujet: Re: Footing sous la puie [Elena & Alec]   Dim 20 Avr - 19:39

    Dans le ciel, l’aube parvenait enfin. L’aurore faisait naître parmi cette teinte uniforme de bleu azur un remarquable dégradé de couleurs rosées et brillantes idéalement observable en ce printemps venant. Les oiseaux, depuis peu sortis de leur sieste, babillaient, chantaient, gazouillaient, prévenant les humains et leurs homologues mangeurs de vers encore endormis qu’il leur fallait se réveiller. La clarté de ce nouveau jour, traversant non sans peine les arbres denses et menaçants de la forêt, ajoutée à la bise matinale et au crépitement des flammes calcinant les derniers morceaux de bûches du feu de camp suffirent à troubler le sommeil d’un jeune homme bivouaquant au milieu des bois dans une tente atypique qui, au fur et à mesure qu’il ouvrait les paupières, sentait son dos le meurtrir comme jamais.

    Evidemment, et de manière très prévisible, il se mit à jurer contre lui-même. « Jamais je n’aurais dû accepter ce boulot, ni même de dormir au milieu de nulle part ... » se disait-il, ne manquant pas non plus de renchérir qu’il était presque sûr que les autres, comédiens et metteurs en scène, ne viendraient pas de suite lui prêter main forte. Il se redressa douloureusement, une main soutenant son dos tel un vieillard souffrant d’arthrite et l’autre tâtant le duvet qui cachait ses jambes et le reste de son corps pour en trouver l’ouverture. Son visage faisait bien peur à voir. Outre ses cheveux en bataille - ainsi que son sourire, quand il était possible de le voir - qui lui donnait perpétuellement du charme, ses cernes légèrement violacés et le teint maladif de sa peau rappelaient combien la fatigue lui faisait défaut. Mais il ne se laissait pas abattre. Une veillée funeste en solitaire dans les bois n’était pas la pire des choses qu’il avait enduré jusqu'à ce jour. Et c’est avec un enthousiasme inédit qu’il défit la fermeture de son sac de couchage pour se libérer, quoique a contre cœur, de cette chaleur bienfaisante qui l’avait couvert du froid quasi-hivernal de la nuit. Il frissonna, sentant progressivement ses muscles être engourdit par la fraîcheur des lieux, puis arracha en vitesse son jean du crochet suspendu au milieu de son logis d’infortune pour, en toute hâte là aussi, l’enfiler. Un bref examen de lui-même, après qu’il eut mis ses chaussettes et chaussures, lui suffit pour se convaincre de mettre un pied à l’extérieur et d’affronter valeureusement l’hostilité de cet endroit. Se faisant, il fut surpris de voir à quel point l’air ambiant était doux, et non austère comme il se l’imaginait. Le feu, devant lui, avait certes perdu de sa vitalité. Mais les arbres, eux, dont les branches présentaient des bourgeons déjà fleuris et des multitudes de feuilles chlorophylliennes, donnaient vie à cette jungle de sapins et de chênes. Tous semblaient regarder le jeune Carlson. Ils le saluaient avec majesté comme pour l’accueillir et l’aider dans sa convalescence. Alec sourit à cette idée, ne les remerciant, pour ainsi dire, qu’en faisant ses besoins sur l’un d’entre eux.

    De retour au campement, l’étudiant en arts appliqués revêtit son blouson en cuir usé par le temps. Duquel il sortit son téléphone cellulaire pour vérifier si oui ou non quelqu’un avait chercher à le contacter. Sans surprise, personne. Tout comme il ne fut pas étonné de voir une inscription n’affichant aucun réseau de communication disponible. Il rempocha alors son mobile avec dépit. Du regard, il chercha un chemin qui pourrait le mener là où il l’espérait : dans un secteur où il pourrait capter et prévenir ses supérieurs qu’il refusait de tourner ce spot. De plus, il n’avait personne sous la main. Sur ce point, c’était déjà mal parti. Sans compter qu’une bonne sieste dans son appartement à Métropolis ne pourrait pas de faire de mal à l’heure actuelle ...

    Au hasard, il fit route vers ce qui lui semblait être le Sud. Chemin faisant, il dû batailler avec bien des branches avant d’atterrir dans un lieu tout aussi magnifique que celui qu’il venait de quitter il y a quelques minutes. A la seule différence qu’il y avait là, au milieu, non plus une tente et quelques pierres encerclant des morceaux de bois fumant, mais une fille - une jeune femme, plutôt - qui regardait le ciel. Alec s’approcha discrètement, puis se cacha derrière un arbre, ne faisant alors que dépasser sa tête du tronc pour observer cette fille qu’il crût, avant de se frotter les yeux, n’être qu’un mirage. Un sourire aux lèvres, une assurance retrouvée, il sortit après quelques secondes de sa cachette minable pour s’avancer nonchalamment, comme s’il ne l’avait pas remarqué sur le coup, vers elle.
- Tiens, j’ignorais qu’on pouvait trouver des espèces en voies de disparitions dans cette forêt ...

    La voyant se retourner pour le dévisager, il esquissa un bref sourire, presque ridicule tant il paraissait puéril ...


HJ : Je suis in love de ton post. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://w-l0ve-so0n-w.skyrock.com
Elena Moceanu
Infecté(e)s
Infecté(e)s
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 27
Ou Habite tu? : Smallville
Profession : Gymnaste
Humeur : Cordiale
Date d'inscription : 14/04/2008

Feuille de personnage
Love & Friends:
Pouvoirs {seulement pour les Kryptonien(ne)s et Infecté(e)s}:
Age du Perso: 19 ans

MessageSujet: Re: Footing sous la puie [Elena & Alec]   Dim 20 Avr - 20:51

L'instant était précieux aux yeux et au coeur de la belle blonde, cet instant si rare et calme qui exprimait sans le moindre mot toute la splendeur et la magnificence d‘une aube de printemps au Kansas. Bien que d’ordinaire calme et posée Elena pouvait parfois être de ces grandes extraverties aux intenses effusions sentimentales, aux explicites démonstrations amicales ou affectives qui se jetaient l'une dans les bras de l'autre en poussant de stridents petits cris et en sautillant sans cesse partout pour se communiquer leurs respectives émotions.
Le regard d'un vert vif et agressif de la descendante des Moceanu se posa par curiosité sur une branche de cet imposant chêne sanglant qui, tel la montagne ne ployait ni de même ne vibrait face au vent. Il dégageait, une prestance, une présence qui donnait l’impression a la jeune de ne pas être seule, elle ne se doutait à quel point cette pensée pouvait être ironique.
Lorsque la blonde aux yeux clairs comprit, plus ou moins de quoi provenait cette sensation, elle eût un léger sourire et ses prunelles de jais retrouvèrent la longue cime des arbres de la forêt de Smallville au loin.


- Tiens, j’ignorais qu’on pouvait trouver des espèces en voies de disparitions dans cette forêt ...


Un autre sourire vint s'esquisser sur le visage pâle de la belle qui fit glisser une de ses mèches blonde entre ses doigts fins. Cela non plus ne changeait pas, cet étrange instinct que possédait la gymnaste à percevoir les présences qui se faisaient proches de la sienne car bien que ce jeune homme se soit avancée en silence et dans un angle mort de vision de la blonde, celle ci n'avait guère tardé à déceler l'aura de son corps et cela bien avant qu'il ne lui adresse amicalement la parole.
Alors qu’elle se retournait face à lui leur iris, chaleureusement claires et profondes de glace pour l'un et d'un vert clair lumineux pour la seconde, se croisèrent et la championne des olympiques apprécia les quelques secondes durant lesquelles les deux jeunes gens échangèrent, pour une premier fois, bien davantage par le regard et dans le plus absolu silence que des mots n'auraient pu le faire.


« Vous savez, les chênes sont bien loin d’avoir disparus »

Cette compagnie particulière qu’apportait une présence masculine lui avait manqué. Et alors qu’Elena attendait la réponse de son compagnon forestier à sa question qui ne pouvait mentir sur le fait que la belle blonde était aussi dotée d’une innocence certaine elle reprit.

« Mais peut être parliez vous d’autre chose? »

Ce timbre que l'on ne pouvait oublier une fois qu'on l'avait entendu paraissait un brin taquin, mêlé d’une pointe d’ironie et de cette innocence que possédait la belle.
Et bien que d’argumenter avec le garçon à la pilosité assez exprimée était assez plaisant pour la blonde, il fallait bien reconnaître que le moment était assez mal choisit pour cela et qu’Elena aurait largement préféré continué elle engagea elle-même la conversation.


" Pardonnez mon impolitesse, je me nomme Elena, Elena Moceanu »

Elle dégagea a nouveau son visage blême d’une mèche bouclée de son visage et lui tendit la main.

HJ: moi aussi j'aime beaucoup ton post
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Teenworld.free.fr
Alec Carlson
Humain(e)s
Humain(e)s
avatar

Masculin Nombre de messages : 12
Age : 28
Ou Habite tu? : Métropolis
Profession : Etudiant en arts appliquées / Réalisateur de courts-métrages publicitaires.
Humeur : Mitigée
Date d'inscription : 15/04/2008

Feuille de personnage
Love & Friends:
Pouvoirs {seulement pour les Kryptonien(ne)s et Infecté(e)s}:
Age du Perso: 22 ans

MessageSujet: Re: Footing sous la puie [Elena & Alec]   Mer 23 Avr - 21:01

    De toute évidence, l’allusion aux « espèces en voies de disparitions » n’était dans ce cas pas exclusivement réservée à la faune ou la flore. C’était encore un de ses sarcasmes, une idée qui défilait spontanément dans son esprit et qu’il ne pouvait se retenir de clamer à voix haute, sur un ton qui se voulait généralement ironique. Ici, son inspiration ciblait la jeune femme à la chevelure dorée - et non le chêne brutalisé par les intempéries derrière elle - qui, au fur et à mesure qu’elle se retournait pour le contempler, nourrissait chez lui une certaine admiration. Son sourire s’éteint. Le sien grandissait. Curieusement, il eut la sensation de l’avoir déjà vu quelque part. Où ? C’est bien ce qui semblait l’obséder, à cet instant, tandis qu’ils échangeaient leur premier regard de duelliste. Face à ce visage, si jeune, si innocent, dont les deux points lumineux qui lui servaient d’yeux lui donnèrent des frissons, il baissa inopinément la tête pour finalement s’intéresser non plus à sa figure d’ange, mais aux vêtements qu’elle portait sur elle. « Une sportive ? » pensa-t-il en l’examinant attentivement. Il se massa la nuque, resserra machinalement l’étreinte de ses doigts sur la lanière de son sac à dos, visiblement mal à l’aise, avant de retrouver le courage de la regarder dans les yeux.

    « Vous savez, les chênes sont bien loin d’avoir disparus »


    Un sourire se dessina le long de sa mâchoire. Alec se demandait si elle s’était volontairement glisser dans son jeu où si elle n’avait réellement pas compris le sens de sa phrase. Sa voix, en revanche, la rendit plus intimidante encore. Il ne saurait décrire quel était le maléfice auquel il venait de succomber, mais il pouvait néanmoins dire, dans des termes contemporains, qu’il était tomber sous le charme. Les battements oppressant de son cœur pouvaient en témoigner. Cette délicatesse qui émanait naturellement de la jeune femme et dont il venait d’avoir un exemple suffisait à le rendre joyeux. Mais il n’avait pas envie que ça s’arrête. En lui-même et pour lui-même, il pouvait aisément se dire qu’un échange verbal aussi succinct lui avait permis de voir clair sur les sentiments qu’il pouvait ressentir pour une pseudo inconnue qu’il venait tout juste de rencontrer. En revanche, s’il se mettait à jouer les perroquets en lui disant tout ce qu’il avait sur le cœur avant de se jeter à ses pieds et de lui prier de l’épouser sur le champ, il devinait déjà la réaction qu’elle pouvait avoir et ne préféra pas s’y résoudre. Au moins pour ne pas paraître plus ridicule. Car ridicule, dans cet accoutrement mal repassé et sa coiffure digne d’une personne tout juste réveillée, il l’était déjà. Heureusement, le son mélodieux de sa voix parvint à nouveau, et alors, il chassa toutes ses maudites pensées de sa tête pour l’écouter attentivement ...

    « Mais peut être parliez vous d’autre chose? »


    L’expression marquant la réception de l’humour fugace de la jeune femme s’accentua sur son visage, se transformant bientôt en un rire éphémère qui s’estompa en un soupire, puis en quelques toussotements discrets qu’il couvrit en mettant son poing devant sa bouche. Un instant, comme il cherchait une réponse à lui offrir, il scruta vivement les alentours à la recherche d’une espèce, animale ou végétale, qui puisse être rare et digne d’intérêt. Mais rien, aucun spécimen, et à la voir, elle semblait le savoir tout autant que lui. Pourtant, il ne battit pas en retraite en lui avouant sereinement qu’il en pinçait pour ses courbes efféminées quelques peu mises en valeurs par la tenue intégralement colorée de noire qu’elle arborait sur ses épaules. A la place, il retira sa main de sa bouche et acheva sa précédente remarque ...

    - Oui, je parlais des champignons qui se trouvent à vos pieds ...


    Bien sûr, il n’y avait rien à cet endroit. Pas même un insecte rampant et peu ragoûtant qui dévore on ne sait de quelle manière les végétaux qu’il frôle avec sa peau gluante. De plus, il n’y a qu’en automne que l’on en trouve, des champignons. En réalité, cette observation inutile faisait figure de test dont l’objectif était de savoir si elle allait ou non examiner le sol à la recherche de champignon. Un obstacle qu’elle n’eut pas grand mal à franchir, pour son plus grand plaisir, en souriant elle aussi. Puis, elle s’approcha. Lui, instinctivement, recula d’un pas en fixant avec surprise la main qu’elle tendait dans sa direction. Sa mâchoire se crispa. La stupidité venait une nouvelle fois de s’abattre sur lui, tout comme la pluie menaçait de le faire. En effet, au dessus de leur tête, un immense nuage aux différentes nuances, allant de gris clair à gris foncé, fonçait droit sur eux. Ils pouvaient même en sentir les premières gouttes.

    « Pardonnez mon impolitesse, je me nomme Elena, Elena Moceanu »


    Il ne tarda pas non plus, pour s’assurer une retraite confortable si jamais un déluge d’eau s’abattait sur eux, de venir serrer entre ses doigts d’homme sa main délicate réchauffée par le textile qui la recouvrait quelques minutes auparavant, un sourire naissant sur ses lèvres. A son tour, il prit la parole pour se présenter :

    - Alec « Donovan » Carlson, mais appelle moi Alec, ou Van ...


    La force de l’habitude avait fait qu’il venait de la tutoyer sans même s’en rendre compte. L’empressement et la déception qui venait de le traverser en considérant dans le ciel ce nuage menaçant avaient guidé ses propos, et alors qu’il s’apprêtait à repartir par là où il était venu, il saisit sans brutalité le poignet d’Elena.

    - Un conseil, si j’étais toi, je chercherai à m’abriter au plus vite ... A moins que tu ne préfères faire un footing sous la pluie et avoir une pneumonie...


    Comme il n’était pas maître de ses faits et gestes à elle, il ne lui demanda pas de la suivre, et fit volte-face pour retrouver son campement ...


Dernière édition par Alec Carlson le Mer 23 Avr - 21:02, édité 1 fois (Raison : Référence au titre. ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://w-l0ve-so0n-w.skyrock.com
Elena Moceanu
Infecté(e)s
Infecté(e)s
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 27
Ou Habite tu? : Smallville
Profession : Gymnaste
Humeur : Cordiale
Date d'inscription : 14/04/2008

Feuille de personnage
Love & Friends:
Pouvoirs {seulement pour les Kryptonien(ne)s et Infecté(e)s}:
Age du Perso: 19 ans

MessageSujet: Re: Footing sous la puie [Elena & Alec]   Sam 26 Avr - 17:35

HJ/ désolée pour cette horrible post mal présenté mais le pc buggait

Apres

tout, ce n'était encore qu'un jour comme tous les autres... Oui, un jour d’Avril
parfaitement banal... Il y avait fort a
parier que personne ne lui trouverait quoi que ce soit de particulier... Dans
cette forêt, l'herbe était parcourue de doux frissonnement et les arbres
ployaient très légèrement l'échine sous le vent naissant de ce matin de Printemps.
Pares de leurs plus beaux atours ambres, les végétaux tant nombreux que rares
tels que les champignons
invisibles découvert par Carlson en 2008 chatoyaient et rayonnaient, donnant
une ambiance chaleureuse et presque familiale. Malgré un temps qui aurait gagne
a prendre quelques degrés la pluie, menaçait de son eau, le couple matinal.

-« Alec « Donovan » Carlson, mais appelle moi
Alec, ou Van ... »


La première chose qui frappa la jeune fille hors
fait qu’il venait de la tutoyer était le fait que son surnom était une
particule de noblesse allemande, enfin plutôt une particule proche de la
particule Von qui, si sa mémoire était bonne était attribuée au personne de
sang royale et aristocrate.


Elle réfléchit un peu, sourit, la perspective de se
faire tutoyer par un aussi bel inconnu sous une pluie naissante avait quelque
chose d’excitant et, tout comme la plupart des gens aimerait embrasser un inconnu
dans la rue, la belle Elena elle, ne pouvait détacher son regard du brun a la peau blême.


« C’est jolie comme nom est vous enfin, tu le portes
bien… je peux te tutoyer au moins, parce que Van fait très…noble. »

La belle blondinette sourit à nouveau, tirant ses lèvres
rosées en une moue mutine alors qu’une goutte de puis venait rouler le long de
sa joue. Elle passa sa main gauche dans sa chevelure blonde avant que le jeune
homme répondant au nom d’Alec lui attrapait ce même poignet avec une douceur
qui la fit frémir.

« - Un conseil, si j’étais toi, je chercherai
à m’abriter au plus vite ... A moins que tu ne préfères faire un footing
sous la pluie et avoir une pneumonie... »


Il finit par la lâcher alors qu’elle
désirait étrangement demeurer comme cela encore un moment, ses yeux émeraude dans son bleu saphir, ici
sous l’eau des cieux, comme bénit par Dieu lui-même. C’est finalement quand il
fit volte face qu’elle ramena sa main dans la sienne pour le retenir quelques
secondes.

« Je… je n’ai nulle part où aller pour le moment… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Teenworld.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Footing sous la puie [Elena & Alec]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Footing sous la puie [Elena & Alec]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ASTUCE] Optimiser la durée de la batterie sous Android et le HD2
» [TUTO] Configurer ses boite mail free et hotmail sous SFR
» Mise sous tutelle des S.D.F.???
» [REQUETE] SFR TV sous Android?
» suppression des sous-titres et passage du 704x396 au 640x480

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Smallville RPG :: » Smallville :: » Crater Lake :: » La Forêt-
Sauter vers: